YI Tae-jun

Surnommé le Maupassant coréen, YI Tae-jun est très apprécié du public pour sa prose poétique et sa sensibilité. Dans des textes empreints d’émotions, à travers des récits de vie de ses contemporains, il illustre une Corée partagée entre une douceur de vivre et les changements brutaux d’un pays à la recherche de sa modernité.

Dans son premier recueil paru en français Les cerisiers du Japon, YI Tae-jun attache avec des mots les êtres et les choses qu’il veut garder auprès de lui : un couple qui quitte son village natal pour un avenir qu’il pense meilleurs ; un écrivain entre deux âges qui trouve une seconde jeunesse grâce à la rencontre d’une de ses jeunes lectrices, etc…